Contacter le service clients 0475 97 56 59   tbservice.be@oxfordimmunotec.com

Le test T-SPOT®.TB est le seul test de dépistage de la tuberculose doté d’une sensibilité de 98,8 % et d’une spécificité supérieure à 99 %1.


Quelle est l'utilisation prévue du test T‑SPOT.TB ?

Le test T‑SPOT.TB est un test diagnostique in vitro permettant de détecter les lymphocytes T effecteurs qui répondent à la stimulation par les antigènes de Mycobacterium tuberculosis ESAT‑6 et CFP10 en capturant l’interféron gamma sécrété par ces lymphocytes. Il est destiné à être utilisé comme outil pour le diagnostic de l’infection par Mycobacterium tuberculosis.

Le test T‑SPOT.TB est un test de dépistage indirect de l’infection par Mycobacterium tuberculosis (y compris de la maladie active) et doit être associé à une évaluation du risque, une radiographie et d’autres examens médicaux et diagnostiques.1

De quelles autorisations réglementaires le test T‑SPOT.TB bénéficie-t-il ?

Le test T‑SPOT.TB a obtenu le marquage CE (permettant sa commercialisation dans l’UE) en 2004. Par ailleurs, le test T‑SPOT.TB a reçu l’autorisation préalable à la commercialisation de la Food and Drug Administration (FDA) américaine en 2008, et a été approuvé en Chine et au Japon respectivement en 2010 et en 2012. Le test est également autorisé dans de nombreux autres pays, tels que le Canada, Taïwan, la Russie, Singapour, la Thaïlande, le Pérou, le Nigeria et le Mexique (liste non exhaustive).

Quels sont les avantages du test T‑SPOT.TB ?

Le test T‑SPOT.TB est le seul test de la tuberculose dont la sensibilité et la spécificité sont supérieures à 98 %. Le test T‑SPOT.TB est fiable, même chez les personnes difficiles à tester (vaccinées par le BCG ou immunodéprimées par exemple) et repose sur des techniques de phlébotomie de routine.1-4

Quelle est la marche à suivre pour commencer à envoyer des échantillons au laboratoire ?

La procédure est très simple. Contactez le laboratoire T‑SPOT.TB Service au 0475 97 56 59 et nous vous l’expliquerons.

Combien le test est-il facturé ?

Contactez le laboratoire de T‑SPOT.TB Service  au 0475 97 56 59 pour obtenir un devis.

Quand reçoit-on les résultats ?

Si les échantillons sont livrés avant 15 heures (du lundi au vendredi), les résultats sont généralement communiqués dans les 24 heures suivant leur réception.

Faut-il utiliser des tubes de prélèvement sanguin particuliers ?

Non. Les échantillons peuvent être prélevés dans des tubes à capuchon vert standard (héparine de lithium ou héparine de sodium).1

Les tubes de prélèvement à l'EDTA (à capuchon violet) peuvent-ils être utilisés ?

Non, l’EDTA (acide éthylène diamine tétra-acétique) perturbe la sécrétion cellulaire d’interféron gamma en raison de ses propriétés chélatrices (fixation du calcium). Les tubes de prélèvement contenant cet anticoagulant ne peuvent donc pas être utilisés.1

Quelle quantité de sang est nécessaire pour un test T‑SPOT.TB ?

Généralement, chez les patients immunocompétents, une quantité suffisante de cellules mononucléées du sang périphérique peut être obtenue en vue d’un test T‑SPOT.TB en suivant les recommandations suivantes en fonction de l’âge :

  • Adultes et enfants ≥ 10 ans : 6 ml
  • Enfants ≥ 2 ans et < 10 ans : 4 ml
  • Enfants < 2 ans : 2 ml

Remarque : Les volumes recommandés ci-dessus peuvent s’avérer insuffisants chez les patients immunodéprimés présentant une faible numération de cellules mononucléées du sang périphérique. Il peut donc être judicieux de doubler le volume de sang recommandé en cas d’immunodépression.

Quelles informations doit-on inscrire sur les tubes de prélèvement ?

Le tube doit porter une étiquette indiquant le numéro d’identification du patient, qui doit correspondre à celui inscrit sur le formulaire de demande.

Acceptez-vous d'autres types d'échantillons que les échantillons sanguins ?

Non. Nous n’acceptons que les échantillons de sang total prélevés dans des tubes avec héparine de lithium ou de sodium.

Quand peut-on envoyer des échantillons au laboratoire ?

Les échantillons sont acceptés du lundi au vendredi (hors jours fériés) avant 15 heures.

Comment les échantillons sanguins doivent-ils être conservés avant leur envoi au laboratoire ?

Les échantillons sanguins doivent être conservés à température ambiante, entre 18 °C et 25 °C, jusqu’à ce qu’ils soient emballés pour le transport ; ils ne doivent pas être centrifugés.

Après le prélèvement, de combien de temps dispose-t-on pour envoyer l'échantillon au laboratoire ?

Les échantillons sanguins peuvent être envoyés pour être livrés le même jour ou le lendemain du prélèvement, du moment que le laboratoire les reçoit avant 15 heures le jour suivant le prélèvement. Le laboratoire accepte les livraisons du lundi au vendredi.

Comment les échantillons sont-ils envoyés au laboratoire ?

Contactez le laboratoire de T‑SPOT.TB Service au 0475 97 56 59 pour discuter des options possibles.

Comment les échantillons doivent-ils être emballés ?

Assurez-vous que les échantillons sont bien emballés et placés dans une boîte de transport solide pour un envoi en toute sécurité (conformément aux instructions d’emballage IATA 650). Pour plus d’informations, contactez le laboratoire de T‑SPOT.TB Service au 0475 97 56 59.

Dans quelles circonstances le laboratoire peut-il refuser un échantillon sanguin ?

En cas de refus d’un échantillon sanguin, cela sera indiqué sur le compte rendu ou quelqu’un vous contactera pour vous donner des explications. Voici quelques exemples de motifs de refus :

  • Échantillon reçu plus de 32 heures après le prélèvement.
  • Échantillon coagulé à la livraison.
  • Échantillon congelé à la livraison.
  • Échantillon endommagé pendant le transport (fuite).
  • Échantillon livré un jour férié.
  • Tube de prélèvement non étiqueté.
  • Échantillon prélevé dans un tube ne contenant pas d’héparine de lithium ou de sodium.

Tube de prélèvement contenant une quantité de sang insuffisante.

Comment reçoit-on les résultats du test T‑SPOT.TB ?

Une version imprimée du compte rendu vous sera envoyée. Il est également possible de recevoir le compte rendu par e-mail ou par fax.

Quels sont les résultats possibles au test T‑SPOT.TB ?

Les résultats possibles au test T‑SPOT.TB sont les suivants : positif, négatif, limite ou indéterminé.

Comment les résultats du test T‑SPOT.TB sont-ils interprétés ?

Les résultats du test T‑SPOT.TB sont de nature qualitative et peuvent être positifs, limites (équivoques) ou négatifs, si les contrôles fonctionnent comme prévu. Les résultats sont tout d’abord déterminés par le comptage des spots (interféron gamma capturé à partir de chaque lymphocyte T) dans chacun des quatre puits du patient (contrôle positif, contrôle négatif, panel A et panel B). Les spots peuvent être comptés dans les puits en utilisant une loupe, un microscope stéréoscopique, un lecteur ELISPOT, ou une image numérique obtenue par microscope. Les résultats qualitatifs sont interprétés en déduisant le nombre de spots du contrôle négatif du nombre de spots des panels A et B. Des informations détaillées sur l’interprétation des résultats sont présentées dans la notice de T‑SPOT.TB.1,5

Quel est le degré de sensibilité et de spécificité du test T‑SPOT.TB ?

La sensibilité du test T‑SPOT.TB est de 98,8 %, et sa spécificité est de 100 %.1-4

Pourquoi le test T‑SPOT.TB mesure-t-il l'interféron gamma ?

L’interféron gamma joue un rôle essentiel dans la défense immunitaire contre les pathogènes intracellulaires tels que Mycobacterium tuberculosis. Après l’infection, les lymphocytes T naïfs deviennent sensibles aux antigènes de la TB ; ils se transforment en lymphocytes T effecteurs (CD4+ et CD8+) spécifiques de la TB puis migrent vers le site de l’infection et sécrètent de l’interféron gamma de façon à activer les macrophages qui phagocyteront les mycobactéries. Chez les patients infectés, des lymphocytes T effecteurs spécifiques de la TB circulent dans le sang périphérique et, in vitro, sécrètent de l’interféron gamma lorsqu’ils sont stimulés par les antigènes utilisés dans le test T‑SPOT.TB. Le test T‑SPOT.TB capture directement l’interféron gamma sécrété par chaque lymphocyte T effecteur spécifique de la TB.1,6

Pourquoi le résultat du test T‑SPOT.TB peut-il être interprété comme « limite » ?

Dans la grande majorité des cas, le résultat du test T‑SPOT.TB est positif ou négatif.

Un petit pourcentage de résultats peuvent être interprétés comme limites (équivoques) lorsque le nombre de spots (spots au panel A moins spots au contrôle négatif) et (spots au panel B moins spots au contrôle négatif) le plus élevé est de 5, 6 ou 7. La catégorie « limite » a pour objectif de réduire la probabilité de résultats faux positifs ou faux négatifs autour du seuil de signification du test T‑SPOT.TB. À la différence d’un résultat indéterminé ou invalide, un résultat limite est cliniquement interprétable et doit être suivi d’un nouveau test, car une proportion importante de patients pourrait obtenir un résultat positif au second test. Lors d’une étude menée aux États-Unis sur du personnel médical, 23 % des sujets ayant obtenu un résultat limite ont obtenu un résultat positif au second test, ce qui laisse penser que la catégorie « limite » est utile au maintien de la sensibilité du test.1

D’après les Centers for Disease Control and Prevention (CDC, centres américains de contrôle et de prévention des maladies), « l’intégration d’une catégorie “limite” pour le [test] T‑SPOT[.TB], approuvée par la FDA, favorise l’exactitude du test car elle permet de classer les résultats proches du seuil de signification (où de faibles variations pourraient modifier l’interprétation) comme n’étant ni positifs ni négatifs. »2

  1. King TC, Upfal M, Gottlieb A, Adamo P, Bernacki E, Kadlecek CP, Jones JG, Humphrey‑Carothers F, Rielly AF, Drewry P, Murray K, DeWitt M, Matsubara J, O’Dea L, Balser J, Wrighton‑Smith P. T‑SPOT®.TB Interferon‑Gamma Release Assay (IGRA) Performance in Healthcare Worker Screening at 19 US Hospitals. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine 2015: 150527134833008.

2. Mazurek GH, Jereb J, Vernon A, LoBue P, Goldberg S, Castro K, Committee IE, Centers for Disease C, Prevention. Updated guidelines for using Interferon Gamma Release Assays to detect Mycobacterium tuberculosis infection ‑ United States, 2010. MMWR Recomm Rep 2010; 59: 1‑25.

Résultats limites et résultats indéterminés au test T‑SPOT.TB sont-ils synonymes ?

Non. Les résultats limites (équivoques) sont cliniquement interprétables alors que les résultats indéterminés ne peuvent pas être interprétés en raison de l’échec du contrôle positif et/ou négatif du test. Dans les deux cas toutefois, il est recommandé de pratiquer un second test sur un nouvel échantillon sanguin.

Que faire en cas de résultat indéterminé au test T‑SPOT.TB ?

Les résultats indéterminés ne sont pas cliniquement interprétables et peuvent s’observer lorsque le contrôle positif et/ou le contrôle négatif ne fonctionnent pas comme prévu. Il est recommandé de pratiquer un second test sur un nouvel échantillon sanguin. Lors du second test, si le résultat reste indéterminé, d’autres tests diagnostiques et/ou d’autres informations épidémiologiques doivent être utilisés pour tenter de déterminer le statut tuberculinique du patient.

Les résultats indéterminés sont rares et peuvent être dus à des facteurs tels qu’une mauvaise conservation de l’échantillon, un retard dans le transport de l’échantillon, la présence de troubles spécifiques chez le patient ou une erreur du laboratoire.1,8

Que faire en cas de résultat limite au test T‑SPOT.TB ?

Les résultats limites sont cliniquement interprétables et doivent être pris en considération. Il est recommandé de pratiquer un second test sur un nouvel échantillon sanguin. Lors d’une étude menée aux États-Unis sur du personnel médical, 23 % des sujets ayant obtenu un résultat limite ont obtenu un résultat positif au second test, ce qui laisse penser que la catégorie « limite » est utile au maintien de la sensibilité du test. Lors du second test, si le résultat reste limite, d’autres tests diagnostiques et/ou d’autres informations épidémiologiques doivent être utilisés pour tenter de déterminer le statut tuberculinique du patient.1,8

King TC, Upfal M, Gottlieb A, Adamo P, Bernacki E, Kadlecek CP, Jones JG, Humphrey‑Carothers F, Rielly AF, Drewry P, Murray K, DeWitt M, Matsubara J, O’Dea L, Balser J, Wrighton‑Smith P. T‑SPOT®.TB Interferon‑Gamma Release Assay (IGRA) Performance in Healthcare Worker Screening at 19 US Hospitals. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine 2015: 150527134833008.

Pourquoi le test T‑SPOT.TB inclut-il un contrôle positif pour chaque échantillon ?

Le contrôle positif est un indicateur du fonctionnement des cellules du patient. Les cellules du patient sont incubées avec de la phytohémagglutinine (un stimulateur non spécifique) dans le puits du contrôle positif. Dans la grande majorité des échantillons, le nombre de spots du contrôle positif est ≥ 20. Les échecs de contrôle positif sont rares mais peuvent être dus à des facteurs tels qu’une mauvaise conservation de l’échantillon, un retard dans le transport de l’échantillon, des facteurs techniques ou la présence de troubles spécifiques chez le patient. Chez une faible proportion de patients, les lymphocytes T ne répondent à la phytohémagglutinine que de façon limitée.1,9

Pourquoi le test T‑SPOT.TB inclut-il un contrôle négatif pour chaque échantillon ?

Le contrôle négatif sert à contrôler la réactivité non spécifique des lymphocytes T. Les cellules du patient sont incubées dans un milieu stérile dans le puits du contrôle négatif. Pour que le test puisse être considéré comme valide, le puits du contrôle négatif doit compter < 11 spots. Les échecs de contrôle négatif sont rares mais peuvent être dus à des facteurs techniques ou à la présence d’un trouble spécifique chez le patient.1,9

Existe-t-il des groupes de patients pour lesquels le test T‑SPOT.TB ne convient pas ?

Non. Le test T‑SPOT.TB peut être utilisé chez tous les groupes de patients, y compris les patients infectés par le VIH ou atteints du SIDA, les patients immunodéprimés, les personnes récemment exposées à la TB et les personnes résidant ou travaillant dans des collectivités à haut risque.2-4

Le test T‑SPOT.TB peut-il être utilisé pour tester des échantillons prélevés chez des patients immunodéprimés ?

Oui, le test T‑SPOT.TB convient bien aux patients immunodéprimés.

Le nombre de cellules est compté dans chaque échantillon, ce qui permet de créer une suspension cellulaire normalisée (standardisée et dont le nombre de cellules est connu) qui est ensuite incubée avec des antigènes spécifiques de la TB. Chez les patients immunodéprimés, le nombre de cellules mononucléées du sang périphérique (le type de globules blancs utilisé dans le test T‑SPOT.TB) peut être plus faible. Pour ces patients, plusieurs tubes de sang peuvent être regroupés de façon à obtenir le nombre de cellules nécessaires à la réalisation du test.

Les études cliniques pivots, dont les données ont été soumises à la Food and Drug Administration (FDA) américaine en vue de l’obtention de l’autorisation préalable à la commercialisation, ont largement évalué l’utilisation du test T‑SPOT.TB chez des patients immunodéprimés, notamment des patients transplantés, infectés par le VIH ou atteints de silicose, de diabète ou d’insuffisance rénale terminale. Une association entre l’obtention d’un résultat négatif au test cutané tuberculinique et l’immunodépression a été observée, ce qui n’a pas été le cas avec le test T‑SPOT.TB.1

À quoi servent les étapes de lavage et de comptage des cellules du test T‑SPOT.TB ?

L’étape de lavage des cellules permet d’éliminer le plasma et les autres substances potentiellement perturbatrices, telles que l’interféron gamma endogène, les antidépresseurs tricycliques et les anti‑inflammatoires non stéroïdiens. Après le lavage, les cellules mononucléées du sang périphérique sont comptées afin d’ajuster la concentration cellulaire de façon à corriger les variations de la numération de ces cellules chez le patient, et ainsi de garantir qu’un nombre standardisé de cellules est utilisé pour le test.

Les étapes de lavage et de comptage sont particulièrement importantes chez les patients immunodéprimés. En cas d’immunodépression ou d’immunosuppression, le risque que la tuberculose-infection évolue en maladie active est plus élevé ; de plus, ces patients sont susceptibles de prendre des substances potentiellement perturbatrices ou de présenter une numération des cellules mononucléées du sang périphérique anormale.10,11

À quelle fréquence peut-on s'attendre à obtenir un résultat indéterminé au test T‑SPOT.TB ?

Les résultats indéterminés sont peu fréquents avec le test T‑SPOT.TB. Pour plus d’informations, contactez le laboratoire de T‑SPOT.TB Service au 0475 97 56 59.

Le test T‑SPOT.TB fait-il la différence entre infection latente et maladie active ?

Non. De la même manière que le test cutané tuberculinique (TCT) et les tests sanguins de type ELISA, le test T‑SPOT.TB ne distingue pas l’infection latente de la maladie active.1,6

Combien de temps après l'exposition à Mycobacterium tuberculosis le test T‑SPOT.TBpeut-il détecter l'infection ?

L’intervalle de temps nécessaire à la conversion après l’exposition n’est pas encore bien défini, mais l’on suppose qu’il ne devrait pas être supérieur à celui du test cutané tuberculinique (TCT), à savoir 2‑8 semaines en règle générale.12,7,13

Doit-on s'attendre à un résultat positif au test T‑SPOT.TB chez les patients ayant déjà été infectés par la tuberculose dans le passé ?

Il n’y a malheureusement pas de réponse précise à cette question. Les études ne montrent pas systématiquement que les patients obtiennent un résultat négatif après un traitement de la TB. Une guérison clinique se définit comme une culture de crachat négative, une amélioration des symptômes et des changements visibles sur la radiographie thoracique. Ce terme fait référence aussi bien à la stérilisation qu’au retour à une phase latente (tuberculose-infection). Certaines données montrent que les résultats aux tests cutanés ou sanguins restent positifs chez une large proportion de patients. La persistance des lymphocytes T effecteurs, les cellules stimulées par les antigènes spécifiques de la TB dans le test T‑SPOT.TB, pourrait laisser penser que des bactéries inactives sont toujours présentes, mais une étude plus poussée est nécessaire. Au besoin, la réalisation d’autres tests diagnostiques et examens médicaux peut être envisagée si le patient reste positif après le traitement.14-16

Zhang S, Shao L, Mo L, et coll. Evaluation of gamma interferon release assays using Mycobacterium tuberculosis antigens for diagnosis of latent and active tuberculosis in Mycobacterium bovis BCG‑vaccinated populations. Clin Vaccine Immunol. 2010 Dec;17(12):1985‑90.

Bosshard V, Roux‑Lombard P, Perneger T, et coll. Do results of the T‑SPOT.TB interferon‑gamma release assay change after treatment of tuberculosis? Respir Med. 2009 Jan;103(1):30‑4.

Chee CB, KhinMar KW, Gan SH, et coll. Tuberculosis treatment effect on T‑cell interferon‑gamma responses to Mycobacterium tuberculosis‑specific antigens. Eur Respir J. 2010 Aug;36(2):355‑61.

Walzl G, Ronacher K, Hanekom W, Scriba TJ, Zumla A. Immunological biomarkers of tuberculosis. Nat Rev Immunol 2011; 11: 343‑354.

Le test T‑SPOT.TB permet-il de dépister les infections par des souches pharmacorésistantes, telles que MDR‑TB, XDR‑TB ou TDR‑TB ?

Oui, le test T‑SPOT.TB est capable de détecter toutes les souches du complexe Mycobacterium tuberculosis, y compris les souches multirésistantes (MDR‑TB), ultrarésistantes (XDR‑TB) et totalement résistantes (TDR‑TB). Les antigènes utilisés dans le test T‑SPOT.TB sont communs à toutes les souches de Mycobacterium tuberculosis. Toutefois, le test ne permet pas de savoir si le micro-organisme est sensible aux traitements médicamenteux habituels. Un antibiogramme est réalisé une fois que le micro-organisme a été isolé et identifié par d’autres techniques.

Les infections par des mycobactéries autres que Mycobacterium tuberculosis donnent-elles lieu à des résultats positifs au test T‑SPOT.TB ?

Mycobacterium tuberculosis étant l’agent responsable de la plupart des cas de tuberculose, la sensibilité du test T‑SPOT.TB a été déterminée à partir de patients présentant une infection active, confirmée par une culture de Mycobacterium tuberculosis. Les personnes infectées par d’autres bactéries du complexe Mycobacterium tuberculosis (telles que M. bovis, M. africanum, M. microti, M. canetti) ont généralement dans leur sang des lymphocytes T qui reconnaissent les antigènes utilisés par le test T‑SPOT.TB (ESAT‑6 et CFP10). On peut donc s’attendre à obtenir un résultat positif avec ces patients. La plupart des mycobactéries non tuberculeuses (MNT) sont dépourvues d’antigènes ESAT‑6 et CFP10, à l’exception de M. marinum, M. szulgai et M. kansasii. Étant donné qu’il n’a pas encore été établi si les antigènes ESAT‑6 et CFP10 sont présents dans toutes les sous-espèces de M. gordonae, il est possible que cette MNT produise également un résultat positif. Aucune autre MNT, y compris M. avium, ne devrait entraîner de réaction croisée avec les antigènes utilisés dans le test T‑SPOT.TB.1

La vaccination par le BCG influence-t-elle les résultats du test T‑SPOT.TB ?

À l’inverse du test cutané tuberculinique, il n’y a aucune association entre la vaccination par le BCG et les résultats du test T‑SPOT.TB.

Le vaccin par le bacille de Calmette‑Guérin (BCG) est un dérivé atténué de la souche virulente de Mycobacterium bovis, la forme bovine ou animale de la mycobactérie de la TB. Le test T‑SPOT.TB utilise les antigènes (ESAT‑6 et CFP10) situés sur la région génomique appelée RD1 (région de différenciation 1). La région RD1 est présente sur toutes les souches virulentes de M. bovis mais absente de toutes les souches de BCG. Les antigènes utilisés par le test T‑SPOT.TB n’étant pas présents dans le vaccin par le BCG, cette vaccination ne produit pas de résultats faux positifs. Il convient toutefois de noter que le test T‑SPOT.TB peut donner un résultat positif chez les patients infectés par la souche virulente de M. bovis.1,17


References:
1. Oxford Immunotec Ltd. T‑SPOT.TB Package Insert PI‑TB‑US‑V4 Abingdon, UK. 2013.
2. Oxford Immunotec Ltd. T‑SPOT.TB Package Insert PI‑TB‑JP‑V6 Abingdon, UK. 2014.
3. Oxford Immunotec Ltd. T‑SPOT.TB Package Insert PI‑TB8‑IVD‑UK‑V5CH Abingdon, UK. 2013.
4. Oxford Immunotec Ltd. T‑SPOT.TB Package Insert PPI‑TB‑IVD‑UK‑V2 Abingdon, UK. 2013.
5. Cox JH, Ferrari G, Janetzki S. Measurement of cytokine release at the single cell level using the ELISPOT assay. Methods 2006; 38: 274‑282.
6. Cavalcanti YV, Brelaz MC, Neves JK, Ferraz JC, Pereira VR. Role of TNF‑Alpha, IFN‑Gamma, and IL‑10 in the Development of Pulmonary Tuberculosis. Pulm Med 2012; 2012: 745483.
7. Mazurek GH, Jereb J, Vernon A, LoBue P, Goldberg S, Castro K, Committee IE, Centers for Disease C, Prevention. Updated guidelines for using Interferon Gamma Release Assays to detect Mycobacterium tuberculosis infection ‑ United States, 2010. MMWR Recomm Rep 2010; 59: 1‑25.
8. King TC, Upfal M, Gottlieb A, Adamo P, Bernacki E, Kadlecek CP, Jones JG, Humphrey‑Carothers F, Rielly AF, Drewry P, Murray K, DeWitt M, Matsubara J, O’Dea L, Balser J, Wrighton‑Smith P. T‑SPOT®.TB Interferon‑Gamma Release Assay (IGRA) Performance in Healthcare Worker Screening at 19 US Hospitals. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine 2015: 150527134833008.
9. Koller MD, Kiener HP, Aringer M, Graninger WB, Meuer S, Samstag Y, Smolen JS. Functional and molecular aspects of transient T cell unresponsiveness: role of selective interleukin‑2 deficiency. Clin Exp Immunol 2003; 132: 225‑231.
10. Xia Z, DePierre JW, Nassberger L. Tricyclic antidepressants inhibit IL‑6, IL‑1 beta and TNF‑alpha release in human blood monocytes and IL‑2 and interferon‑gamma in T cells. Immunopharmacology 1996; 34: 27‑37.
11. Iniguez MA, Punzon C, Fresno M. Induction of cyclooxygenase‑2 on activated T lymphocytes: regulation of T cell activation by cyclooxygenase‑2 inhibitors. J Immunol 1999; 163: 111‑119.
12. Huebner RE, Schein MF, Bass JB, Jr. The tuberculin skin test. Clin Infect Dis 1993; 17: 968‑975.
13. Franken WP, Koster BF, Bossink AW, Thijsen SF, Bouwman JJ, van Dissel JT, Arend SM. Follow‑up study of tuberculosis‑exposed supermarket customers with negative tuberculin skin test results in association with positive gamma interferon release assay results. Clin Vaccine Immunol 2007; 14: 1239‑1241.
14. Zhang S, Shao L, Mo L, Chen J, Wang F, Meng C, Zhong M, Qiu L, Wu M, Weng X, Zhang W. Evaluation of gamma interferon release assays using Mycobacterium tuberculosis antigens for diagnosis of latent and active tuberculosis in Mycobacterium bovis BCG‑vaccinated populations. Clin Vaccine Immunol 2010; 17: 1985‑1990.
15. Bosshard V, Roux‑Lombard P, Perneger T, Metzger M, Vivien R, Rochat T, Janssens JP. Do results of the T‑SPOT.TB interferon‑gamma release assay change after treatment of tuberculosis? Respir Med 2009; 103: 30‑34.
16. Walzl G, Ronacher K, Hanekom W, Scriba TJ, Zumla A. Immunological biomarkers of tuberculosis. Nat Rev Immunol 2011; 11: 343‑354.
17. Lewis KN, Liao R, Guinn KM, Hickey MJ, Smith S, Behr MA, Sherman DR. Deletion of RD1 from Mycobacterium tuberculosis mimics bacille Calmette‑Guerin attenuation. J Infect Dis 2003; 187: 117‑123.

Laboratoires réalisant
le test T-SPOT.TB

Solutions et produits innovants d’Oxford Immunotec